Le Labo des curiosités

Coup de gueule du bonheur !

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  

Ou comment décider de réagir pour retrouver un minimum/ maximum son autorité ?

Introduction

Dans mon labo, vous le savez, on parle cru, on parle vrai, on parle vie !

Je suis, en ce moment, dans cette phase, un peu spéciale, où tu sens que les choses bougent, où tu perçois le mouvement fort qui se met en place autour de toi, et où pourtant, même consciente de cela, tu te prends des espèces d’énormes vagues dans la tête ! ( j’avais envie de dire “tronche”, pour le coté plus impactant, et réel, mais mon coté littéraire a repris le dessus … roooo ! ^^).

Cette série a débuté lors de la première phase de déconfinement

Des attentes, une erreur !

Tu t’éveilles au retour vers la socialisation, et tu te dis que face à cette épreuve mondiale, les gens auront certainement grandi, en tout cas, auront peut-être plus une volonté de se focaliser sur l’essentiel: l’humain, la santé, l’amour, la bienveillance, le partage, le bonheur, le sourire, la gentillesse.

Que nenni !

Bon, alors très honnêtement, je m’en doutais un peu, cependant, une partie de moi, en mode “Bisounours Land“, avait envie de croire à un renouveau !

A une prise de conscience collective sur l’importance de l’être et pas du paraître… et tout ce qui va avec !

La grosse rigolade !

Rien ne change !

Au contraire, j’ai l’impression, qu’il y a une recrudescence de gros-ses co—- !

Incroyable, non ?!

Alors oui, je sais ce que vous allez me dire … attention, pas de raccourci, pas de jugement hâtif, pas de reproche, cette période si particulière a été compliquée pour tout le monde ! … blablablabla !

Je respecte cette idée, mais à cet instant de ma vie, avec ma liberté de pensée (dédicace à Florent Pagny^^), et comme c’est mon labo (toujours plus !), je vais vous lancer : « Des clous loulou !».

Certes, tout le monde n’a pas vécu cette pandémie de la même façon, mais nous avons tous un cerveau, des émotions, un coeur, du sang et surtout une part d’humanité

Vous me voyez venir ?!

La gentillesse, ça vous parle, ou pas ?!

Comment, justement après tout cela, après le manque de notre famille, de nos ami-es, de nos amours, de nos collègues, de notre liberté, la perte d’êtres chers, on peut encore se permettre de faire des réflexions de “bas étages”?

Du style: le meuble à chaussures de la voisine dans l’entrée, qui ne gêne personne au demeurant, ou, ne pas respecter les “fameux gestes barrières”, et oser faire des remarques aux autres avec véhémence et dédain, alors que 2 personnes se parlent gentiment, et surtout, à bonne distance … ou pire, venir te reprocher d’être trop avec ton enfant (euh … comment dire on était pas en confinement durant 2 mois ?!) … ou encore pire, te réclamer des choses que tu n’as jamais eu chez toi !!

Je suis sarcastique, et j’assume !

Car, en fait, j’en ai marre de cette Société abrupte, qui se cherche toujours des excuses pour se dédouaner de ses fautes !

J’en ai ras le bol de ces hypocrites, bien-pensants, qui te font croire que leurs vérités est la vérité !

Stop aux pédagogues, pseudo-psychologues qui savent ceux qui est bon pour toi et ton enfant, mais qui te laissent partir avec une charge émotionnelle dangereuse, et une culpabilité dévastatrice !

Assez des ces ami-es, qui sont de faux ami-es, qui viennent te polluer en te posant des questions pièges, et après déversent leur mal-être sur toi !

Ça suffit !

On a le droit d’être, avec, ce que l’on catégorise “bêtement”, nos défauts et nos qualités, bien sûr.

Par contre, on n’a pas le droit de nuire

Je vais nuancer un peu mon propos…

S’écouter, sinon rien !

Ce que je veux exprimer ici, peut-être avec un peu trop d’exaltation, parce que cela me tient à coeur, c’est que personne n’a le pouvoir sur une autre personne.

Parfois, on a de la chance, et la bienveillance nous sauve, et parfois, nous sommes pris dans les filets de nos croyances et nous offrons notre autorité ! Je vous laisse consulter mon billet sur Moutons du bonheur et faux-semblants.

Car, oui, c’est nous et nous seuls qui sommes maître du jeu !

Et c’est nous qui décidons de nous laisser: abuser, mener, diriger, insulter, manipuler, culpabiliser… et la liste est longue !

Je vous entends :

«Oui, mais tu es entrain de nous écrire un pamphlet contre la Société et contre les C—, et au final, tu nous jettes que c’est notre faute ! Comment on s’y retrouve dans tout ça ?».

Et bien, on fait ce que l’on peut.

On réfléchit, on médite sur les expériences vécues, sur les constats tirés, on observe, et surtout, on accueille.

Etre soi, c’est d’abord, accepter d’être soi, c’est assumer, se regarder, et s’aimer.

Ensuite, à nous de choisir le chemin que l’on veut prendre, explorer !

Ce n’est jamais ni facile, ni difficile.

Je vous renvoie à mon article : L’intuition, le chemin du bonheur.

Ce qui compte c’est d’oser, d’y aller, et surtout d’accepter de se tromper pour mieux rebondir, ou pas d’ailleurs.

Chacun son rythme, ses envies, son état d’esprit.

L’essentiel étant d’être clair avec soi, et de s’écouter !

Il y a des personnes pour qui la découverte de soi importe peu, et c’est super, d’autres qui ne comprennent pas les gens qui se tuent au travail, et bien c’est ainsi.

On a toujours tendance à étiqueter les gens, c’est sociétal, toutefois, n’oublions pas l’être, la quintessence qui est en chacun de nous, et soyons tolérants dans nos différences.

Conclusion

Ainsi, ce que j’avais vraiment envie de partager avec vous c’est cet énorme coup de gueule contre ces injustices

Néanmoins, en m’écoutant taper ce texte, je m’aperçois, que oui, j’ai le droit d’hurler ma colère, mon incompréhension du monde, mais c’est surtout parce que j’ai besoin de justice !

Et besoin de retrouver ma propre autorité !

C’est-à-dire arrêter de l’offrir aux autres par peurs, ou contraintes sociales encore trop bien ancrées !

Soyons libres, cultivons, dans le respect d’autrui, bien évidemment, notre propre divinité du coeur.

Si vous faites une pause, combien de fois avez-vous déjà céder votre propre autorité ?…

Faites cet exercice, et essayez de réfléchir à l’impact que cela à eu sur vous !

Attention, je ne vous demande pas d’entrer dans une forme d’anarchie, je vous propose juste de vous écouter.

Ce que je vous livre ici est simplement ma propre expérience, à chacun de faire la sienne, et sans aucun doute, elle sera différente pour chacun !

Prenez soin de vous, et n’oubliez pas, vivez la vie que vous voulez.

Merci à mon grand frère de toujours trouver les bons mots pour me rassurer et me faire réfléchir, dans ces moments de doutes… de crise !^^


Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *