Le Labo des curiosités

Le bonheur est dans le lit

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  

Ou comment la sexualité développe notre bien-être et nous offre de meilleures dispositions au bonheur ?

Introduction

Quelques infos …

🖋 Deux à trois fois

C’est la moyenne de rapports sexuels d’un adulte chaque mois (couple et célibataire confondus).

🖋 96 %

C’est le pourcentage de gens qui considèrent que le sexe est plus épanouissant lorsqu’il y a une connexion émotionnelle entre les partenaires.

🖋 75 % … contre 50 %

Pourcentages d’orgasmes à chaque rapport sexuel. Devinez le plus faible ? Bien sûr, 50 % correspond aux femmes. ^^

Après ces quelques chiffres, qui pourraient vous étonner, pénétrons (sans vilain jeu de mots #lareloupasdrôle) dans le vif du sujet.

Au delà de ces statistiques, l’acte sexuel fait partie de nous, de notre condition d’humain, et a une valeur inestimable. C’est la science de l’attraction, l’odeur des phéromones.

Parfois raillée, taquinée, vantée, exacerbée, refoulée, édulcorée, interdite, prohibée, étouffée, épanouie, oubliée, malmenée, obscène, grossière, pudique, érotique, sensuelle, aimante, apeurante, violente, dérangeante, questionnante, accueillante ou rassurante, la sexualité est protéïforme selon les individus, leurs histoires et leurs caractères.

La sexualité peut prendre tellement de masques … que l’on pourrait s’y perdre.

Etres sexués, n’oublions pas que notre premier ancrage dans la hiérarchisation des besoins dans la Pyramide de Maslow se situe à la base, au niveau de la SURVIE avec la notion de reproduction.

L’Homme a, dans sa mémoire génétique, cette notion de survie de l’espèce dans l’acte sexuel.

Bien sûr, nous avons évolué (qui a dit « pas tous!!»^^) et la sexualité a pris une autre dimension, plus psychologiquephilosophiqueémotionnelle.

Aujourd’hui, pourtant, la sexualité est, à mon sens, au coeur de beaucoup de problématiques, et reste souvent très mal connue.

La sexualité est à prendre au sérieux.

La sexualité au XXIème siècle

Constat

Etant professeur, je côtoie beaucoup de jeunes qui ont entre 16 et 30 ans.

Régulièrement, lorsque je laisse mon oreille traînée, ou même en échangeant avec les collègues, je remarque combien nos jeunes sont mal informés sur la sexualité.

Mes jeunes, vous le savez, je me les adore, et régulièrement, je les laisse ouvrir des débats sur des sujets qui les intéressent ou les interrogent (merveilleux moyen de les faire s’entraîner à argumenter et à développer leur esprit critique et d’analyse. Sans rappeler que cela fait partie du programme : Ouverture sur le monde).

Les deux derniers débats, ont porté sur la télé-réalité, et l’image sexuelle que cela renvoie.

En particulier, par rapport à la femme.

Télé-réalité : un fléau ou pas ?

J’ai été très étonnée d’entendre les garçons dirent que pour eux, ces femmes n’étaient pas de vrais femmes, et surtout qu’elles ne reflétaient pas une belle image.

Ils trouvaient que cela donnait une place vulgaire et beaucoup trop sexuelle à la femme : « Madame, elles se respectent pas !! J’y crois pas !».

En plus, de l’image féminine, ils se sont dits choqués par les “mecs“, imberbes, bronzés, musclés, tatoués… bien loin d’eux.

Cette population télé-réalité n’est pas la représentation de leur jeunesse, et ils craignent, ce que j’ai trouvé très attendrissant et responsable, pour les générations d’après, qui ont moins l’esprit critique, qu’elles soient plus dans du mimétisme. Dramatique selon eux !

Les filles m’ont tenu le même discours, outrées par ces femmes tout en “simili” comme elles disent.

⚠️ Attention, je rapporte juste une expérience vécue avec mes jeunes, pas de jugements, juste un débat sur la télé-réalité. Un partage d’opinions. Je préfère être claire.

Le Porno

Puis, arrive le sujet de la pornographie, avec ce libre accès à des vidéos sur internet.

Là encore, je les ai trouvés très matures et conscients.

De suite, les garçons m’ont dit que cela pouvait les complexer et qu’en plus, c’était mal traiter la femme.

Les filles m’ont parlé de manque de repères : qu’est-ce qui est bien ou mal ? Qu’est-ce qui est réel ou faux ? Est-ce que faire l’amour c’est ça ?

Des interrogations pertinentes, toutefois, déroutantes aussi.

J’ai choisi de les laisser échanger, se questionner, j’ai juste accompagner le débat.

Car l’important, c’est qu’ils trouvent leur propre vérité et leur liberté dans le respect et la tolérance.

La sagesse de l’amour

Une fois encore, ils m’ont laissé admirative face à leur cheminement de pensée, et leur maturité.

Pour eux, il est essentiel de considérer l’autre, alors bien sûr, parfois si le partenaire est d’accord et en se protégeant, on peut “coucher”, ou avoir un “plan Q”, mais dans le respect.

Par contre, tous évoquent les notions de fidélité, d’amour, de prendre le temps, de partage.

Ils sont aussi dans une dynamique de tolérance par rapport aux préférences sexuelles, chacun doit être libre d’aimer et de faire ce qu’il veut, du moment qu’il ne nuit à personne. L’amour et la sexualité vont ensemble et cela nous conduit au bonheur.

Belle leçon ! j’avoue, je suis très fière d’eux.

Le sexe, l’amour et le bonheur

Ils ont tout compris mes jeunes !

Le sexe c’est important car cela procure du plaisir.

Mais en conscience et avec l’amour c’est encore mieux, ça mène au bonheur !

Le sexe et les hormones du bonheur

Faire l’amour produit des endorphines, nommées hormones du bonheur, qui sont bénéfiques pour notre bonne humeur et combattent le stress ( dans mon article Rire, un vrai bonheur, bon pour la santé, j’évoque déjà ces hormones bonheur, je vous laisse le consulter, et vous mets juste en dessous ⬇️ le schéma récapitulatif de ces hormones).

Arrive ensuite l’ocytocine qui crée l’attachement, et qui apporte aux mécanismes cérébraux de la confiance. Hormone du câlin, elle développe un sentiment de plénitude, et d’amour.

D’où l’importance de se faire des câlins, de s’embrasser, de se dire (ou s’écrire) des mots d’amour.

Les chercheurs en neurosciences affirment que l’amour, et les sentiments éprouvés constituent une combinaison de stimulations électrochimiques quantifiables, et que c’est bon pour le moral et par conséquent pour la santé.

De plus, le sexe mélangé à l’amour est un puissant cocktail de vitamines, sans effets secondaires !

Un remède naturel et super efficace.

Le sexe 1, 2, 3 bonheur

Faire l’amour est positif pour le bien-être du couple. Et le faire régulièrement est encore mieux.

Certains le clament, ils ont intuitivement raison.

Yvon Dallaire, sexologue québécois affirme : « la fréquence tout comme la qualité des rapports sexuels sont des facteurs importants dans l’épanouissement du couple ».

Et il va plus loin, selon lui : « une sexualité épanouie répondrait aux besoins de nos trois cerveaux ».

C’est aussi ce que révèle le médecin Jacques Fradin, pour qui le bonheur se construit grâce à une bonne connexion entre nos trois cerveaux : reptilien, limbique et cortex.

1️⃣ Le cerveau reptilien régissant notre côté primitif et instinctif. Le côté survie de notre être. Un coït aux notes “animales” et “sauvages” comble ce besoin de plaisir physique et intense.

2️⃣ Le cerveau limbique est le centre des émotions. Il régit notre sensibilité et notre créativité. Si nous arrivons à combiner un acte sexuel avec une belle entente et un environnement positif et serein, les sentiments de bien être et de bonheur apparaissent.

3️⃣ Le néo-cortex est l’antre des sentiments. C’est là que naît la conscience que c’est plus qu’un simple rapport sexuel et qu’il y a de l’amour. D’où l’intensité et la force de cet ébat.

Évidemment, les trois cerveaux alliés et c’est l’apothéose, destination bonheur assurée.

Le sexe, à deux c’est mieux

Etres sexués, nous n’en sommes pas moins des animaux politiques, des être sociaux.

Tisser des liens affectifs sont nécessaires à notre équilibre.

L’amitié, la fraternité, la tendresse sont importantes et essentielles, mais une relation amoureuse et sexuelle procure un autre épanouissement et une découverte positive de l’intimité.

Évidemment, j’ai choisi ici l’aspect sain et positif de la sexualité.

Plus on développe une relation amoureuse de confiance, de sincérité, d’amour avec des rapports sexuels réguliers et respectueux, plus ce lien d’amour et de couple se renforce et plus on se sent équilibré et heureux.

Peu importe la pratique, Tantra, Tao, Kamasutra, ou autres ce qui compte c’est la construction de la relation.

Tout d’un coup, le couple, avec son entité sexuelle devient une force, un bouclier contre les épreuves de la vie.

Etre deux, rend plus fort.

Un couple, peu importe sa forme, doit être une source de bonheur.

Lorsqu’on est en couple, n’oublions jamais que c’est pour du bon, même si parfois, quelques réglages s’imposent (normal), jamais pour de la souffrance.

Aimer l’autre c’est vouloir son bonheur, tout simplement, et le partager.

On peut évoluer ensemble, apprendre ensemble.

Conclusion.

Ainsi, que ce soit à travers le regard de mes jeunes ou les approches scientifiques, la sexualité se respecte et se construit pas à pas.

L’acte sexuel peut être épanouissant, mais si on lui ajoute l’ingrédient magique nommé l’amour, on entre alors dans un réel bien-être, et le bonheur apparaît.

Il ne suffit pas que de “coucher”, il faut cultiver les sentiments, l’attachement.

Au delà de cela, il faut aussi prendre le temps de faire des câlins, d’avoir des gestes tendres, de dire des mots doux, de s’écrire des déclarations, de s’embrasser, de se regarder, d’admirer l’être aimé, de se sentir et même de se redécouvrir et de se surprendre.

Faire l’amour génère des hormones du bonheur, c’est un fait, cependant, il est essentiel de maintenir le “para-sexe“.

Etre sexué, être social, être émotionnel et être de sentiments, être humain !

Nous sommes ce merveilleux mélange, il faut en tenir compte, et ne rien négliger.

L’essentiel résidant dans quelques notions clefs, me semble-t-il :

Se respecter. S’écouter. Être libre. Respecter l’autre. Se faire confiance. Écouter son intuition. S’aimer.

Prenez soin de vous, et n’oubliez pas, vivez la vie que vous voulez.

Bibliographie :

La sexualité des gens heureux de Pascal de Sutter.

Personnalités et psychophysiopathologie : Nouvelles hypothèses en Thérapie Neurocognitive et Comportementale (TNCC) de Jacques Fradin

Sitographie:

Article Tout savoir sur le sexe et le bonheur sur le site de Florence Servan-Schreiber.

Par volonté d’honnêteté et de transparence, sachez que je touche une petite commission si vous passez par ces liens Amazon, cela m’aide juste à entretenir ce blog. Merci fort si vous les faites!


Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *