Le Labo Rat'Art

Les sorcières du bonheur ou pas

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  

Ou comment, par sa plume, donner vie aux sorcières du passé, du présent et du futur ?

Introduction

Nataly Laforge est une écrivaine de son temps, avec la qualité suprême de savoir faire revivre les temps anciens, riches d’histoire.

Cette licenciée d’histoire, avec en plus une formation de journaliste, est une véritable exploratrice du passé !

Installée à Cambo depuis quelques années, j’ai eu la chance de rencontrer Nataly, lors d’une soirée, bizarrement…ou pas, d’un autre temps !

Je me souviens très bien de ce moment où nos regards se sont croisés, et où je me suis dit (dans ma tête …^^) : «Cette femme, il faut que je lui parle, elle a un truc spécial !».

J’ai osé l’aborder ! Et quelle belle découverte !

Entre deux rocks, nous avons échangé sur nos vies, nos parcours, nos passions, nos lectures, avec beaucoup de simplicité, comme deux copines qui se retrouvent !

J’ai adoré ce moment, car c’est tellement agréable de pouvoir apprendre, et vraiment partager avec quelqu’un !

Une historienne

Nataly est une férue d’histoire, une amoureuse du pays basque, une créatrice de belles romances, et surtout une porteuse de mots justes et bien écrits !

Ce qui, avouons-le, est rare aujourd’hui !

Lors de cette rencontre fortuite, Nataly m’a parlé de son livre : Le Diable n’est pas celui qu’on croit.

Au delà du sujet très intéressant traité, j’ai été conquise par l’histoire dans l’histoire, et sa façon unique de me la raconter.

Car en fait, Nataly a adopté le Pays basque, mais en plus, elle a su s’en inspirer avec beaucoup de précisions, et de détails historiques peu connus.

Elle a procédé à un travail de recherche énorme, pour arriver à offrir à ce livre une vraie saveur historique, qui nous emporte, et surtout nous apprend tellement sur une période connue, certes, mais peu narrée jusqu’alors.

Curieuse, et intriguée, j’ai couru dès le lendemain acheter son livre…

Et là …

Comment vous dire ?

Tu sais quand tu commences un livre et que tu ne peux plus le lâcher tellement l’histoire te prend, tellement tu vis avec les personnages, tellement tu aimes/ou détestes les personnages !

Vous l’aurez compris j’ai adoré ce livre, que j’ai dévoré en deux jours !

Facile à lire, oui.

Ecriture fluide, oui.

Faits historiques précis et clairs, oui.

Vocabulaire riche, oui.

Emotions, oui.

Suspense, oui.

Personnages forts, oui.

Message enrichissant, oui.

Tout est réuni, et tout est réussi !

C’est un livre si juste, si fort, si beau !

Toute ma famille l’a lu, et dès que j’ai un cadeau à faire, il est sur ma liste !

Je ne veux pas vous en faire un résumé, toutefois, je vais vous livrer quelques éléments qui m’ont vraiment touchée.

Femmes ou sorcières …

L’action se déroule au XVIIème siècle, dans le petit village de Senpere (Saint-Pée-sur-Nivelle) au coeur du pays basque.

C’est à travers le magnifique personnage d’Amaïra, jeune femme basque, que l’on va vivre la terrible chasse aux sorcières, orchestrée par l’horrible Pierre de Lancre sous les ordres d’Henri IV.

On découvre notre beau Pays Basque avec son mélange de mythes, et sa jolie tolérance entre rites païens et croyances ecclésiastiques.

En effet, à cette époque, le Pays Basque est encore protégé, car, un peu éloigné des problématiques “royales”.

Cependant, il va plonger dans une noirceur et dans le règne de la terreur et de la torpeur.

Souffrances, tortures, exterminations et injustices se répandent dans le Sud Ouest de la France.

Les premières victimes seront bien sûr les femmes…surtout celles qui sont des “guérisseuses” (appelées aussi sorcières …), ou celles qui gênent

Bref, une fois de plus, on élimine la beauté féminine et sa force sous des excuses fallacieuses

Alors, ce que j’aurais pu exprimer avec colère, et véhémence, Nataly l’exprime avec beaucoup d’élégance, et de force.

Elle décrit avec des mots: abrupts et justes / crus et réels / poétiques et apeurants / froids et doux, toute la complexité de cette période.

Et par dessus tout, elle décrit la femme, la sorcière, la guérisseuse, la mère, la fille, la grand-mère, l’amoureusetoutes les femmes, toutes les générations, …avec un regard sensible, intelligent, et objectif.

Mais, elle ose dire, elle ose dénoncer, elle ne fait pas la dichotomie du bien ou du mal, elle reste factuelle, tout en donnant de l’humanité à son texte, et à cette histoire.

Et, pour couronner le tout, elle fait naitre adroitement une belle histoire d’amour !

Conclusion

Ainsi, ce roman est une merveille à lire, même si on pleure (et oui, oui, j’ai pleuré !!), on apprend, et surtout on vit avec ces femmes leurs histoires.

On est plongé au centre de la nature, on se connecte à ce féminin sacré, on comprend l’histoire, et ses injustices, on crie, on rit, on chante, on danse, on croit, on prie, on tremble, on souffre, et on aime à travers tous ces visages de femmes.

Et c’est bon, même si parfois rude.

Ce livre est à l’image de son auteure, fabuleux, et inspirant.

Merci à Nataly pour ce livre, et sachez qu’un deuxième livre est né : Dans le tourbillon de la guerre.

Même veine, que le premier, autant d’émotions, et de richesses historiques sur les années 39-45.

Quand la guerre bouleverse des vies… la femme prend son destin en main

Je vous laisse découvrir ces deux romans, j’espère, et je sais qu’il y en aura d’autres.

J’attends avec impatience vos retours !

Belle lecture !

Prenez soin de vous, et n’oubliez pas, vivez la vie que vous voulez.


Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *