Le Labo des curiosités

Lutter pour son bonheur, ou pas

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  

Ou comment cesser de se battre pour retrouver la joie ?

Introduction

Cela fait déjà un moment que je l’écris, depuis la naissance de ce blog je crois, lorsque nous sommes enfants, nous sommes connectés au meilleur de nous-mêmes.

C’est un état merveilleux, et fragile.

Nous sommes en lien direct avec l’être unique que nous sommes.

Peu à peu, nous évoluons, nous plions sous des règles, des volontés de la Société.

Nous devenons des êtres lambdas, oubliant les raisons de notre incarnation sur terre (pour ceux qui croient en la métempsycose), ignorant nos véritables talents, déniant nos qualités, refoulant nos désirs, anéantissant nos rêves, et nous éloignant toujours de notre quai originel. CF ARTICLE

Grandir c’est se perdre … c’est commencer une lutte contre nous-mêmes, encore, encore et toujours !

Mais c’est compliqué de se battre contre nous-mêmes ? Non ?!

⚠️ Attention, mon discours n’est pas là pour vous alarmer, ou vous angoisser, c’est juste pour vous ouvrir de nouvelles portes de réflexion.

Nous réfléchissons ensemble, n’oubliez pas, nous sommes là pour comprendre et se découvrir !

Des momies paralysées

Enfance et maturité, une évolution

Je nais.

Jusque là tout va bien, j’ai réussi à passer.

Viens ensuite le contexte dans lequel on débarque: environnement familial, pays, culture, éducation, religion, classe sociale

Tous ces éléments vont nourrir notre évolution, notre personnalité, notre vie.

Si on prend un peu de recul, on peut observer, une différence entre la jeunesse et la vieillesse.

Asseyons-nous sur un banc … en face de nous des enfants jouent, ils sont libres, naïfs, heureux et souriants.

Non loin de là, il y a de personnes mâturescourbées, tristes, ternes et enfermées.

Bien évidemment, je force le trait à travers cette image, mais c’est pour que l’évocation de ce contraste vous interpelle.

En effet, vieillir occasionne cette perte de joie, car vieillir c’est grandir, c’est évoluer, et c’est surtout prendre des responsabilités sur ses épaules.

Adulte, et même adolescent, nous entrons dans le cercle vicieux des efforts !

Sans cesse nous sommes confrontés à des luttes : être bon à l’école, réussir ses examens, faire carrière, avoir de l’argent ( belle maison, belle voiture ), bien se marier, avoir de beaux enfants … et je pourrais encore en rajouter une tartine !

Oui, vous savez avec en plus les effets de mode !^^

Ces combats deviennent très très vite notre quotidien, notre moteur !

Et c’est à ce moment-là que c’est grave !

Comme je l’ai écrit dans mon article : Charge mentale, diagnostic: le poison du bonheur , le corps craque, et on voit fleurir des burn-outs, des mal-êtres, une santé qui se dégrade, et pour certains des dépendances.

C’est souvent à cet instant précis, que les personnes, au bout, réagissent, et s’aperçoivent qu’elles sont allées trop loin, et surtout qu’elles se sont oubliées !

Une lutte destructrice, ou pas

Mais, pourquoi lutter, si c’est pour en arriver là ?

D’autant plus, que certaines personnes vivent très bien, et malgré des vies compliquées et exigeantes, ne tombent jamais dans ce fléau infligé par le corps !?

Une fois encore, je vous répondrais, que nous sommes uniques, et que forcément, nous n’avons pas le même rythme, pas la même endurance, pas le même caractère, et surtout pas la même évolution.

Et cela, se respecte !

Pourtant, c’est sûr, à part certains sages exempts de toutes luttes, nous sommes dans une Société qui nous forge à cette guerre contre notre nature première.

Alors, oui, nous avons besoin d’un cadre, de règles, de limites … je préférerais parler de repères, d’ailleurs … et là je vous renvoie à mon article où j’aborde un peu la pédagogie positive, et sur l’éducation en conscience de nos enfants : Quand j’ai compris ça, j’ai fait un bon en avant dans mon évolution (un autre plus complet suivra!), ainsi que vers l’article sur les émotions: Des émotions aux sentiments, moteurs ou freins au bonheur.

La problématique réside dans le fait que nous avons besoin de nous sentir supérieur.

Pas parce qu’on veut l’être, juste parce qu’on nous a formaté à devoir l’être !

Je m’explique.

Le succès est un catalyseur, et nous tendons tous vers lui ! C’est humain

Réussir à s’imposer, être supérieur, c’est la clef, ou le symbole, du succès !

Indéniablement.

La lutte s’insinue ainsi partout en nous !

On lutte contre notre voisin, notre famille, notre collègue, notre femme (ou mari ), nos enfants … contre NOUS !

Nous avons tous envie de réussir, de nous prouver des choses, ou de prouver des choses.

Mais le succès, est-ce une réalité, ou juste une idée créée et poursuivie par les hommes à jamais ?

Et, dans ce cas, cette quête du “toujours plus” nous laisse dans un combat sans fin ?!

Une guerre fait toujours des victimes ?

Alors être en lutte, peut nous détruire ?

Être un voilier

Rompre avec ses peurs

Et si nous nous laissions porter ?

Si pour une fois, nous tentions de laisser de côté notre désir de réussite ?

Parce qu’en définitive, vouloir être dans le succès, c’est en fait, lutter contre notre peur de l’échec !

Nous ne sommes pas infaillibles ! Si si, je vous promets !^^

On a le droit de se tromper !

Faire des erreurs, c’est faire des expériences, c’est comprendre, et évoluer ! Et c’est bon pour la santé !

Libérons nos esprits de ces mots portés par les peurs des anciens !

Le mot erreur a une connotation tellement négative, on l’associe à échec, encore plus négatif !

Pourtant, se tromper, chuter, tomber, peuvent être force de progression .

Lorsqu’on apprend à marcher … il me semble qu’avant de se tenir sur nos 2 jambes, il nous faut faire des essais, et accueillir des chutes ?!

Et à cet instant, en général, les parents sont de véritables supporters, toujours encourageants et motivants !? Pourquoi cela devrait-il changer ?

Echouer, c’est expérimenter, et cela nous permet de développer d’autres qualités : la persévérance, l’observation, l’esprit d’analyse, la créativité !

Comment se libérer de toutes luttes

Juste pour vous rassurer, c’est impossible !

Ne criez pas !

Ce que je veux vous dire c’est qu’il faut s’enlever toute pression, car il est très compliqué de se débarrasser d’un carcan aussi lourd présent depuis des siècles, et c’est normal.

Donc, on va faire ce que l’on peut, avec beaucoup d’amour et de bienveillance envers l’être que nous sommes ! Ok ?!

Etape 1 : se poser quelques questions

1️⃣ Qu’est ce que la réussite pour moi ?

2️⃣ Qu’est ce que l’échec pour moi ?

3️⃣ Est-ce que je peux identifier les moments dans ma vie où je me sens aux prises avec des luttes (conflits boulots, enfants, amis, administrations, couple …) ?

4️⃣ Est-ce possible pour moi, de comprendre ce processus de lutte dans lequel je m’enfonce ?

5️⃣ Est-ce que je peux nommer les émotions que cela génèrent en moi ?

6️⃣ Est-ce que je peux les situer sur mon corps et les décrire ?

7️⃣ Comment mon esprit se laisse piéger dans ces luttes ? ( ego, peurs, ambition, envie, avidité )

Ces interrogations sont juste pour nous permettre de réfléchir, et de prendre le temps.

Lutter c’est être “la tête dans le guidon”, là, on prend le temps de regarder autour le paysage !

Etape 2 : observer

Si vous étiez un voilier guidé par le vent, se laissant porter par la douceur des flots, prenant le temps de contempler le merveilleux paysage autour de lui.

Juste goûter ce moment de paix, de grâce, où tout est simple et joie.

Prenez vraiment le temps d’entrer en vous (je ne parle pas de méditer), de vous observer.

Sans juger, sans même essayer de réparer, ou de comprendre la lutte.

Juste être là, présent à vos émotions, ressentis, impressions, sentiments (bons comme mauvais) … parfois, le fait de juste prendre conscience de ses luttes, nous offre un esprit plus éveillé.

Peu à peu, nous nous éloignons de ce quai inopportun, pour voguer vers notre propre île, celle qui nous offre la joie, et la liberté !

Conclusion

Ainsi, à vous de tenter l’expérience de la paix !

Ce qui est essentiel c’est juste de repérer cette lutte, et de l‘observer avec douceur.

Nous sommes humains, et nous avons le droit d’être dans ce schéma, c’est comme ça.

A nous, simplement dans le coeur, de l‘accueillir et de choisir de prendre notre voilier, car être enfermée telle une momie … nous laisse peut de mouvements possibles.

Je vous laisse expérimenter, et surtout repérer si en vous lutte il y a !

Sachant qu’en laissant la lutte, et les efforts, on retrouve notre JOIE, celle qu’on encore les enfants !

Je serai ravie de lire et partager vos impressions sur ce sujet, encore vaste à explorer !

Prenez soin de vous et n’oubliez pas vivez la vie que vous voulez.

Je tiens à remercier mon grand frère, Arnaud, qui est toujours là, et toujours riche de conseils et de belles découvertes ! Merci d’être dans ma vie !

Sitographie :

Une merveilleuse référence sur la lutte, et vivre sans effort : Jiddu Krishnamurti

Credit Photo :

©️ Photo de couverture: Krishnamurti sur Pinterest


Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *