Se découvrir comme un bonheur.
Le Labo de Lettres

Petite présentation

Aujourd’hui, je décide de vivre. Je choisis d’être libre. Je veux me découvrir. je construis mon bonheur.

Voilà, en quelques phrases ce qui pourrait définir mon arrivée sur la toile, et mon envie, proche du besoin vital, d’écrire à travers ce blog, mes expériences de vie et ma quête du BONHEUR.

J’ai 38 ans, et suis maman, en solo, d’un merveilleux petit garçon de 20 mois. Je suis enseignante de français en Centre de Formation d’Apprentis. J’adore mon métier, j’adore transmettre, échanger, partager, découvrir et rire avec mes élèves. J’ai des parents fabuleux, qui sont des grand-parents fantastiques, un petit garçon adorable, tellement mignon et gentil, je vis dans une région que j’adore, j’ai quelques amis (oui…l’amitié est précieuse mais rare, d’où le “quelques” qui aurait pu être “peu”) formidables et toujours présents. Je peux subvenir aux besoins de mon fils et au mien (sans excès quand même…faut pas exagérer!^^). A cet instant, vous savez déjà l’essentiel de ma vie. ^^

Et bien, malgré tout cela, ben non, suis pas heureuse! Pas à 100% en tout cas (même 50%…^^), certains diraient “suis pas malheureuse”, merveilleuse litote, pour cacher le mal du coeur. Allez, je vous raconte comment tout a commencé…

Mon parcours, du harcèlement scolaire à ma construction pro.

Il était une fois…Once upon a time (fan de la série je suis^^)…non, je vous dispense du conte, même si j’adore et même si j’ai été choyée comme une princesse, depuis toute petite!! Oh, j’ai écrit “princesse”…c’est peut-être là le début du problème, je viens de réaliser…en vous écrivant! C’est génial, merci! Déjà, vous me donnez des solutions! C’est juste énorme! Bon après y’a quand même de quoi faire encore…^^

Je reprends, et j’arrête les digressions, car oui, autant que vous le sachiez de suite, je suis limbique droit, cela signifie que j’adore “blablater”, parfois pour rien, j’avoue!

Je suis née fin juillet, dans une famille pleine d’amour. Petite, ce sont mes grand-parents maternels qui se sont occupés de moi, mes parents ayant une Maison de Presse à Toulouse, ils bossaient énormément.

Après m’être faite virer de l’école maternelle, je ne voulais pas faire la sieste, et apparemment je posais trop de questions, j’ai coulé des jours heureux entre le magasin de mes parents et leurs clients souvent atypiques, les jeux, et les balades avec mes grand-parents. Un décor parfait pour construire l’imaginaire!

C’est à la rentrée au CP, je crois, que tout a commencé…trop heureuse et oui déjà à 6 ans quand tu es trop bien, trop joyeuse, trop curieuse, trop gentille, trop sensible, trop généreuse, tu te fais bouffer, laminer, exclure, exterminer. Le mot est fort, mais j’assume. Car les enfants savent être entre eux de vrais despotes, disposés à être méchants juste parce que tu es différente. Toute ma scolarité a été marquée par cet état de fait: rejetée, abandonnée, discriminée. De 6 à 17 ans, j’ai vécu comme une ombre, un esartz de moi-même, essayant de me faire oublier de la classe de cours à la cour de récréation. J’avais peur et en même temps, j’aurais tellement voulu être aimée. Grosse blessure.

On va dire que c’est l’Acte I, bien sûr, je vous dispense des insultes, bagarres…car le harcèlement c’est ça, bien que peu médiatisé à l’époque.

Bond dans le temps, ellipse narrative s’il vous plait, et enfin, l’entrée à la faculté de Lettres Modernes, après un Bac ES option Maths. J’ai voulu changer, comme pour exorciser toutes ces années, et surtout me retrouver avec de nouvelles personnes! Loin des tyrans qui m’ont collée pendant 11 ans! Petite précision, mes parents travaillant beaucoup, et ayant après de gros soucis familiaux (je vous raconterai plus tard), je ne leur ai jamais parlé de ce harcèlement quotidien. Je l’ai géré seule…enfin, j’ai cru… car vu les séquelles ^^!

J’avance, Acte II, la fac et mon épanouissement total! Je renouais avec ce que j’ai toujours aimé: la lecture et l’écriture. Je suis allée jusqu’au Doctorat, où je me suis spécialisée en littérature québécoise, patience je vous conterai aussi tout cela. Réussite totale dans mes études! En parallèle, j’ai fait plusieurs postes de professeur de français/latin en vacation pour m’aider à financer mes études, même si mes parents m’ont beaucoup soutenue.

Et les amours, me direz-vous? Car là, super, tu es heureuse dans tes études, donc tout va bien!!??…ben…le hic est là justement!

Mes amours, mes amis, mes emmerdes!…

J’ai rencontré mon premier grand amour à 15 ans au lycée! Xavier… trop beau, trop drôle, trop populaire…comment vous dire…que moi avec mes bagues, mes lunettes, mes seins inexistants, mes copines dénigrantes, donc ma solitude… ce charmant garçon de 16 ans, est resté bien loin de moi, préférant sortir avec la fille du prof de sport!! Je ne pouvais définitivement pas rivaliser! Je me suis mise en attente… en attente de qui!? Du Prince Charmant, évidemment!! Sinon, c’est pas drôle!

A 22 ans, il arrive enfin! Beau, brun, ténébreux… un leurre! Je tombe dans le panneau et demeure pendant 2 ans sous le joug d’un mec, qui me dénigre sans cesse physiquement, et qui un jour me trompe! C’est cadeau: avec Gilles, son collègue de boulot! Un homosexuel qui ne pouvait pas assumer sa sexualité par peur d’être rejeté par sa famille, son père en particulier ( esprit très étriqué), et qui m’avait choisie moi, la “gentille”, comme couverture!

Allez “Bam” dans ta tête, ton coeur, et ton corps! J’enchaine ainsi avec 2 autres relation: une de 4 ans et une de 3 ans tout aussi affreuses, et destructrices.

A cet instant, je me pose, et je fais un bilan, j’ai 33 ans (âge du Christ, enfin parait-il, j’ai pas vérifié!), et à part de 0 à 6 ans, je n’ai jamais été totalement heureuse et dans le bonheur. J’ai pas confiance en moi, je me trouve moche, grosse cela va de soi, bête, inintéressante, triste, seule…C’est fou quand même! Car entre temps, j’ai tenté de le dompter ce bonheur! J’ai fait du développement personnel: reïki, kinésiologie, thérapie comportementale, magnétiseur, et spiritualité. J’ai lu des tonnes de livres sur les différentes méthodes pour le trouver, pour être bien, dans la gratitude, la projection positive, le lâcher prise, la remise en question, le travail sur soi… et RIEN, NADA, NOTHING!! Je suis vraiment nulle! Elles avaient raison les copines de l’école: je ne sers à rien, ils avaient raison mes ex je suis nulle! Là, apparaît mon Sauveur. Celui que j’attendais! Le père de mon enfant!

Avouez, vous apercevez à présent à mon bonheur! Ça y est, elle y est! Et non! Cet homme que j’ai aimé si fort, à qui j’ai tout donné: mon coeur, mon âme, mes secrets intimes, mes doutes, mes peurs, mes rêves, est, en fait, un grand méchant! Pour l’instant, pas de chapitre sur ce moment douloureux, et qui dure encore, de ma vie, j’y reviendrai plus tard en détails, pour que vous compreniez, et que vous puissiez aussi vous en inspirer et comprendre les choses. Bref, cet homme a fini de me détruire, et celui qui m’a sauvée, c’est mon fils! Car, à sa naissance, j’ai su, j’ai senti, que je n’accepterai plus de vivre certaines choses, et que je refusais la souffrance.

Entre naissance et renaissance.

Ce blog est né de cet amour là, de cette fièvre là, de dire STOP, de crier non. De cette volonté de partager ma reconstruction, la découverte de mon être véritable, profond et de choisir le Bonheur.

Vous l’aurez compris, ce blog, je le fais pour moi, pour mon fils, et pour tous les êtres semblables à moi, qui cherchent, alors qu’inconsciemment, ils savent, au fond d’eux qui ils sont vraiment, et pourquoi ils sont là sur terre. Il faut juste trouver le bouton déclic!

Ce joueb (journal du web) a pour vocation, d’avancer ensemble, pas à pas, à travers ma propre expérience, et à travers mon analyse personnelle.

Je ne suis ni psychologue, ni coach, ni gourou, ni neurologue…je suis juste une jeune femme hypersensible, maman, et surtout un être comme des milliards d’êtres, à la recherche de mon bonheur. Là où je suis différente, malgré l’objectif commun, c’est dans mon unicité. Je vous propose de me suivre, de m’accompagner sur ce chemin. Avec vous, je partagerai mes échecs, mes réussites, mes dualités (et il y en a^^), mes outils, mes lectures, mes petits bonheurs (car il y en a aussi^^), mes doutes, mes certitudes, mes espoirs, et je souhaite un début de réponse à ce voyage à l’intérieur de moi et je l’espère de vous.

Le Labo de Léotilde est bâti sur l’humilité, la bienveillance, et le partage. Tout est authentique et vrai. Pas à pas, avec moi, la néophyte du bonheur!

Par pudeur, et vous le comprendrez, je ne publierai pas de photos de mon fils.

Que le spectacle commence! Cheminons ensemble! Merci de choisir de m’accompagner! Je suis sûre d’une chose: on peut le faire! Après comment…on verra!^^

Prenez soin de vous. 🙂

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *